Le grand vestibule

Le grand vestibule

6 juillet 2016 Non Par chateaudesormes

Le grand vestibule, baigné de lumière, dessert les trois magnifiques salons donnant sur le jardin en terrasse côté Vienne :

Salon bleu_chateau_paris

Salon bleu

Le salon bleu : Autrefois appelé salon des Batailles en souvenir des scènes des batailles de Louis XV (Fontenoy, Lawfeld, Menin …) commandées à partir de 1746 par le comte Marc-Pierre d’Argenson, son ministre de la Guerre, au peintre Pierre L’Enfant (1704-1752).

Vendues à Paris en vente publique à la mort du marquis Marc-Pierre-Aurélien en 1975, elles ont été remplacées depuis par des chinoiseries réalisées par M. Abbou.

Scne de bataille_chateau_paris

Scène de bataille de Pierre L’Enfant

Une autre série de ces batailles est conservée dans le salon de Diane de l’ancien hôtel de la Guerre à Versailles (dépôt du château de Versailles). Un beau mobilier Louis XV redonne à ce salon un peu de son lustre d’antan.

Le grand salon ou salon d’apparat

Grand salon

Grand salon

La réputation de ce salon tient aux cinq tentures réalisées par la manufacture des Gobelins en 1716-1725, d’après les cartons de Charles-Antoine Coypel (1694-1752), peintre du roi, relatant l‘Histoire de Don Quichotte, qui étaient présentées jusqu’en 1977 dans les panneaux aujourd’hui recouverts de damas cramoisi.

Tapisserie Dom Quichotte (Louvre)

Tapisserie Dom Quichotte (Louvre)

Offertes en 1735 par le Régent, Philippe d’Orléans, au comte d’Argenson, son chancelier, elles furent cédées en dation au musée du Louvre suite à la mort du marquis Marc-Pierre-Aurélien d’Argenson en 1975. Les panneaux de l’exposition Les Ormes, château des Lumières permet de rappeler cette phase glorieuse de l’histoire du château.

Le salon de musique, devenu aujourd’hui salon de billard, est meublé d’un magnifique billard d’époque Restauration, de sièges et de secrétaires Louis XVI.

Salle de billard

Salle de billard

On observera l’exceptionnelle et exubérante cheminée de marbre gris provenant de la galerie du château d’Asnières-sur-Seine, ancienne demeure du marquis de Voyer au XVIIIe, acquise par ses descendants à sa vente en 1896.